Nisargadatta Maharaj

 

"Je ne m'occupe d'aucun miracle en dehors des trois qui sont en moi. Le premier est que j'ai la faculté de voir le monde ; Le second est que le monde est contenu dans cette minuscule tache de conscience que je suis ;  Le troisième est l'apparition de l'être à partir du non-être."

...

"M: Rappelez-vous que vous ne pouvez pas abandonner ce que vous ne connaissez pas. Pour aller au-delà de vous-même vous devez vous connaitre.

Q: Que veut dire me connaître moi-même ? Qu'arriverai-je à connaître exactement, en me connaissant ?

M: Tout ce que vous n'êtes pas.

Q: Mais pas ce que je suis ?

M: Ce que vous êtes, vous l'êtes déjà. En sachant ce que vous n'êtes pas, vous vous en libérez et ce qui reste, c'est votre état naturel. Cela se produit tout à fait spontanément et sans effort.

Q: Et que vais-je découvrir ?

M: Vous découvrirez qu'il n'y a rien à découvrir. Vous êtes ce que vous êtes, c'est tout.

Q: Mais fondamentalement qui suis-je ?

M: L'ultime négation de ce que vous n'êtes pas.

Q: Je ne comprends pas !

M: C'est l'idée fixe de devoir être une chose ou une autre qui vous aveugle.

Q: Comment puis-je me débarasser de cette idée ?

M: Si vous me faites confiance, croyez-moi quand je vous dis que vous êtes la pure Conscience qui illumine la conscience, son contenu infini, et vivez en conséquence. Si vous ne me croyez pas, tournez-vous vers l'intérieur à la recherche du "qui suis-je" ou fixez votre esprit sur "je suis" qui est l'être simple et pur."

...

"Découvrez tout ce que vous n'êtes pas. Corps, pensées, sentiments, opinions, temps, espace, être ou non-être, ceci ou cela ; rien de ce que vous pouvez montrer, que ce soit concret ou abstrait, n'est vous. Le regard-témoin est essentiel pour séparer le soi du non-soi."

...

"Ce chemin est ouvert à tous, à tous les niveaux, à toutes les professions. Chacun est conscient de lui-même. L'approfondissement et l'élargissement de la conscience de soi est la voie royale. Appelez cela vigilance, vision-témoin ou plus simplement attention, cette voie est pour tous."

...

"L'expérience, aussi sublime soit-elle, n'est pas la chose réelle. Elle va et vient par nature. La réalisation de soi n'est pas une acquisition. Elle serait plutôt de la nature de la compréhension. Une fois qu'on l'a atteinte, on ne peut plus la perdre. D'un autre côté, la conscience est changeante, elle coule en subissant des transformations à chaque instant. Ne vous attachez pas à la conscience et à son contenu. La conscience que l'on retient cesse. Essayer de faire durer un éclair d'intuition ou une explosion de bonheur détruit ce que l'on veut préserver. Ce qui est venu doit s'en aller. La permanence est au-delà de tout va et vient. Allez à la racine de toute les expériences, au sentiment d'être. Au-delà de l'être et du non-être se situe l'immensité du réel."


                                                     LA MEDITATION NE CONSISTE PAS A SUIVRE UN SYSTEME

                                                                              J. Krishnamurti

 

 

La méditation ne consiste pas à suivre un système ; ce n’est pas une constante répétition ou imitation ; ce n’est pas une concentration. Une des méthodes favorites de certaines personnes qui enseignent la méditation est d’insister auprès de leurs élèves sur la nécessité de se concentrer, c’est-à-dire de fixer leur esprit sur une pensée et d’expulser toutes les autres. C’est la chose la plus stupide, la plus nocive que puisse faire n’importe quel écolier, lorsqu’on l’y oblige. Cela veut dire que pendant tout ce temps on est le lieu d’un combat entre la volonté insistante de se concentrer et l’esprit qui vagabonde, tandis qu’il faudrait être attentif à tous les mouvements de la pensée, partout où elle va. Lorsque votre esprit erre à l’aventure, c’est que vous êtes intéressé par autre chose que ce que vous faites.

 

La méditation exige un esprit étonnamment agile ; c’est une compréhension de la totalité de la vie, où toute fragmentation a cessé, et non une volonté dirigeant la pensée. Lorsque celle-ci est dirigée, elle provoque un conflit dans l’esprit mais lorsqu’on comprend sa structure et son origine —que nous avons déjà examinées— elle cesse d’intervenir. Cette compréhension de la structure de la pensée est sa propre discipline, qui est méditation.

 

« Se libérer du connu », J. Krishnamurti, Chapitre 15 - Stock, 1977.